Infiltrométrie


Error: Quand dois-je faire réaliser un test d'infiltrométrie?

Le respect des normes d'infiltrométrie passe par une mise en œuvre soignée de la construction ou de la rénovation et le respect des DTU: une mesure d'infiltrométrie vous permettra de savoir si ces règles ont été respectées.

Faire réaliser un mesure d'infiltrométrie en cours de chantier ou en fin de chantier, c'est mettre en garde le maitre d'œuvre contre des négligences éventuelles.

  • Vous avez fait construire un bâtiment avec un permis de construire déposé avant le 1/01/2013. Vous bénéficiez de la règlementation thermique 2005 (RT2005). Une mesure d'infiltrométrie est recommandée afin de s'assurer du respect par le constructeur de la règlementation.
  • Vérifier l'absence de malfaçons, relatives à l'isolation ou aux infiltrations d'air, avant l'expiration de votre garantie décennale.
  • Vous faites construire ou rénover un logement selon le label BBC-Effinergie, Effinergie + ou selon le RT2012: la mesure d'infiltrométrie est obligatoire.
  • Valeurs réglementaires du débit de fuite exprimée en m3/(h.m2) de paroi froide sous une dépression de 4 Pascals

    Q4 Pa Surf en m3/h/m² Maison individuelle Habitat collectif Bâtiment tertiaire
    Garde-fou  RT 2005 1,3 1,7 1,7 ou 3,0*
    Effinergie BBC neuf 0,6 1,0 1,7 ou 3,0*
    RT2012 0,6 1,0 1,7 ou 3,0*
    RT2012 Effinergie+ 0,6 0,8 1,2
    Effinergie BBC ancien mesure
    obligatoire
    mesure
    obligatoire
    mesure recommandée

    *selon usage du batiment

  • Vous êtes maitre d'œuvre: nous pouvons vous conseiller sur la meilleur méthode à utiliser pour obtenir une bonne étanchéité à l'air, de plus, faire réaliser une mesure d'infiltrométrie en cours de chantier et en fin de chantier apportera la preuve au maitre d'ouvrage de la qualité de votre travail et évitera tout recours ultérieur.


Error: Comment marche un test d'infiltrométrie?

Le test d'infiltrométrie (Blower-door test en Anglais) permet de mesurer la quantité d'air rentrant dans un bâtiment et de situer les fuites d'air. Grâce à ce test, on peut connaître la quantité d'air qui entre dans l'habitat en dehors des systèmes de ventilation et connaître les endroits à colmater pour supprimer les infiltrations d'air parasites. Pour effectuer le test, on utilise un équipement de test appelé infiltromètre, que l'on place à généralement à l'entrée du bâtiment. Cet appareil est équipé d'un ventilateur et le plus souvent d'une toile de nylon permettant d'étanchéiser la porte d'entrée en ne laissant passer l'air qu'au travers du ventilateur.

Description détaillée

La perméabilité à l’air des constructions standards en France engendre une augmentation des besoins de chauffage de 5 à 20 kWh/m2/an par rapport à une étanchéité très soignée, ce qui est clairement incompatible avec l'objectif de la RT2012 de limiter les consommations d’énergie à 50 kWh-ep/m2/an. La ventilation d’un bâtiment ne peut en aucun cas reposer sur une perméabilité diffuse et non maîtrisée de son enveloppe. Un système spécifique, naturel ou mécanique, doit assurer un renouvellement de l’air. A cet effet, les industriels de la ventilation proposent de nombreux produits performants pour apporter de l’air neuf et extraire l’air vicié en quantité suffisante mais sans excès aux endroits voulus. Toutefois, cette maîtrise des flux d’air perd son efficacité si la perméabilité de l’enveloppe est excessive. En effet, cela provoquer une surventilation de certaines pièces au détriment d’autres ou diminuer fortement l’efficacité d’un récupérateur de chaleur. Une bonne étanchéité à l’air est donc essentielle pour que les systèmes de ventilation fonctionnent correctement, c’est-à-dire pour assurer une bonne qualité de l’air, la conservation du bâti, un bon confort acoustique et thermique, et pour éviter le gaspillage d’énergie. Pourtant, l’étanchéité à l’air est trop souvent négligée en France.

Pour cela, il suffit de créer artificiellement − à l’aide d’un ventilateur dédié − une différence de pression entre l’intérieur et l’extérieur du local testé. Le test d'infiltrométrie (dit Blower door test ou test de la porte soufflante en français) permet de mesurer la quantité d'air rentrant par fuite dans un bâtiment et d'identifier la localisation de ces fuites. Pour effectuer le test, on utilise un infiltromètre, que l'on place à l'entrée du bâtiment. Cet appareil est équipé d'un ventilateur calibré en pression et en débit et d'une toile en nylon étanche pour permettre d'étanchéiser la porte d'entrée ou un fenêtre. Au préalable, l’opérateur prend soin d’obturer tous les orifices volontaires (ex.bouches de ventilation) afin que le flux d’air provoqué par la différence de pression ne provienne que des fuites. On mesure alors le débit de fuite pour une différence de pression imposée. Cette « méthode de pressurisation par ventilateur » est normée (NF EN 13829, application Février 2001).

Il faut d'abord fermer toutes les ouvertures donnant sur l'extérieur (fenêtres, porte de garage, trappe de ventilation, etc), et prendre soin de laisser les portes intérieures ouvertes (excepté celle des WC) pour permettre la libre circulation de l'air dans le bâtiment. Les systèmes de chauffage et/ou d'ECS, au gaz, charbon, bois,... sont interrompus. À noter que l'on pratique au préalable un essai à petite vitesse du ventilateur pour éviter toute mauvaise surprise.

Une fois le ventilateur en marche, une surpression (ou une dépression) s'établit à l'intérieur du logement par rapport à la pression extérieur. Le manomètre infiltrométrique mesure la différence de pression établit ainsi que la pression dite dynamique au niveau du passage d'air du ventilateur. D'après l'étalonnage du ventilateur, la pression dynamique peut être convertie en un débit de fuite nécessaire à l'établissement de la différence de pression. La mesure doit être ainsi effectuée pour plusieurs différences de pression entre 10 et 100 Pascals: à titre d'illustration une dépression de 50 Pascals correspondant à un vent d'environ 32 km/h appliqué sur toutes les façades du bâtiment. On réalise ensuite un régression linéaire des points mesurés selon la méthode des moindres carrés, ce qui permet de connaitre le débit de fuite, quelle que soit la différence de pression entre l'intérieur et l'extérieur du bâtiments





Error: Recherche des fuites.


La différence de pression est maintenue par le ventilateur, pendant que l'opérateur de test procède à la recherche et à la localisation des infiltrations au moyen d'une des 3 techniques suivantes:

  • Par thermographie infrarouge avec visualisation des endroits qui ont été refroidis par le passage de l’air provenant de l’extérieur,

  • Par anémomètre qui détecte le déplacement de l’air à l’endroit de l’infiltration,

  • Par une fumée artificielle qui s’infiltre aux endroits perméables.







Mesure de dépression



Détection de fuites par thermographie IR



Détection de fuites par fumigènes



porte souflante: capacité > 13000 m3/h @ 50 Pa